VOUS DEMANDEZ… NOUS RÉPONDONS

Q : Le soir lorsque je conduis le long du QEW, il y a une serre à Grimsby sur la voie de service proche de Bartlett Road. Ils ont récemment augmenté de taille et ils ont maintenant une partie où les lumières sont mauves, une section bleue et une section jaune. Je suis curieux de savoir la différence entre les lumières de différentes couleurs et ce qu’elles font pour les plantes dans la serre.

A : La lumière distincte mauve qui vient de l’établissement certifié organique de Freeman Herbs le long du QEW est difficile à manquer. C’est une nouvelle lumière LED dynamique qui donne une vibe de boîte de nuit à la serre.

La technologie vise les plantes avec les spectres de lumières nécessaires en sauvant de l’énergie à la compagnie.

« Nous le faisons, car c’est durable et écologique’’ dit Marco De Leonardis, directeur de recherche et développement à Beamsville’s Freeman Herbs. ‘’Nous avons décidé de dépenser un peu plus en essayant d’avoir un meilleur impact sur l’environnement. »

De Leonardis explique que les serres qui utilisent des lumières jaunes ou des ampoules blanches ont tendance à gaspiller beaucoup d’énergie, car les plantes utilisent très peu de la lumière des spectres vert et jaune lors de la photosynthèse. Il explique que les plantes utilisent principalement les spectres rouges et bleu et c’est cela qu’utilise la compagnie avec ces nouvelles lumières DEL (LEDs). Différentes couleurs de spectres ont différents effets sur les plantes. De Leonardis dit que le bleu garde la plante plus compact, avec des entre-nœuds plus courts, des feuilles plus larges et des tiges plus épaisses. Il y a plus de cellules, donc des meilleures saveurs dans les herbes. Le rouge favorise l’élongation. Les cellules sont plus grosses, les plantes vont être plus grandes avec des entre-nœuds plus longs et vont croîtrent plus rapidement.

La lumière mauve qu’on peut apercevoir à la serre Grimsby est une combinaison des lumières rouge et bleu. De Leonardis dit que les serres qui ont des lumières LED ont tendance à avoir des lumières statiques avec des quantités fixes de rouge et de bleu. Par exemple, une serre qui produit des tomates peut utiliser 30% de bleu et 70% de rouge. Il dit que Freeman Herbs est une des serres les plus avancées au Canada, car elle utilise des lumières LED dynamiques. Ces lumières permettent à De Leonardis de changer le ratio des couleurs à ce qui lui convient et il peut le faire de partout grâce à un réseau sans-fil. C’est une technologie coûteuse – les lumières LED sont 4 fois plus cher que les ampoules à sodium traditionnelles – par contre, la compagnie économise en coût d’électricité.

« Puisqu’on est 100% organique, l’impact écologique est très important » dit De Leonardis. « Si nous utilisons le double de la quantité d’électricité pour la même quantité de lumière utilisée par la plante, ce n’est pas très durable. »

Les lumières LED dynamiques ont été introduits lorsque la serre a ajouté une extension il y a un an qui comprenait du « diffused glass ». En changeant les ratios de couleurs, la couleur de la serre observable de l’extérieur change un peu. De Leonardis dit que la différence est minime et que c’est très difficile à un passant de remarquer la différence.

Pendant deux semaines, De Leonardis a programmé 100% de bleu sur une certaine plante ce qui fait que les conducteurs automobiles auraient remarqué du mauve et du bleu. Les lumières jaunes observables se trouvent dans l’ancienne section. Celles-ci sont encore les anciennes lumières HPS moins efficaces ; celles-ci resteront là pour le moment car il leur reste un peu plus que 10 ans de vie.

De Leonardis dit que les nouvelles lumières LED présentent déjà des effets positifs. « Nous voyons une différence dans les mois les plus sombres. Les plantes sont plus vertes, ils sont plus plein. Normalement, à cause du manque de lumière, ils sont plus faibles. Avec les lumières, nous pouvons contrôler cela. »

FREEMAN HERBS OF BEAMSVILLE A ÉTÉ

FONDÉ EN 1947 ET ACHETÉ PAR

LA FAMILLE HENDRIKS EN 2004

Le directeur des ventes et de marketing Andy Whelan dit que la compagnie s’est énormément élargie et qu’elle fait affaire avec des épiceries à travers l’Amérique du Nord et également avec des entreprises de centres de jardinage à travers l’Ontario. Tout ce qu’ils vendent sont des herbes vivantes et sont offertes dans des pots que les clients peuvent planter dans leur cuisine et couper eux-mêmes. « Le Food Network est notre meilleur ami » dit Whelan. « À chaque fois qu’ils parlent d’herbes fraîches ou de personnes qui ont besoin de mettre plus de saveurs à leurs plats, c’est un excellent boost pour notre entreprise. » La compagnie plante environ 80 types d’herbes et au printemps ajoute 25 à 30 plantes à légumes. Ils ont environ 40 à 50 employés à temps plein tout au long de l’année et augmentent à 120 pour le printemps. Les produits peuvent être trouvés à ce moment-ci de l’année à Sobeys, Loblaws, Metro, et aux États-Unis.